JoomlArtWork Menu

Fil de navigation

 

 

Ce premier festival radiophonique Jazz à Luz vous est proposé par l’Association Jazz Pyr’ (Pays Toy / Hautes-Pyrénées) en partenariat avec Fréquence Luz, radio associative du Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves et la Maison du Parc National et de la Vallée de Luz-St-Sauveur.

C’est contre vents et confinements que
le festival Jazz à Luz
organisé (habituellement en été) par l'association Jazz Pyr'
s’invitera cet hiver dans les "foyers"
les mardi 29, mercredi 30 et jeudi 31 décembre 2020
avec son premier festival radiophonique
sur les ondes de sa radio locale associative Fréquence Luz (et plus si affinités!😉).

Un évènement inédit à découvrir en direct et à l’oreille !

Au programme de ces 3 jours de 11h00 à minuit :
des concerts live,
des interviews,
des bords de scène,
des discussions et débats,
et des conférences sur la musique.

C'est une première pour nous de transformer ce que nous aimons et savons faire initialement avec l'association Jazz Pyr', à savoir : un festival réunissant en vrai des artistes devant un public curieux et aventureux...
 
Refuser l'inertie, ne pas laisser la place à l'absence ni au silence, c'est ce qui nous motive pour continuer de faire ! Il nous est apparu comme une évidence d'envisager de garder le contact grâce au média radio qui défend des valeurs d'écoute, de diffusion et de transmission qui nous sont chères.
 
Un festival à la radio comme si on y était (mais sans public 😉) et en attendant de se retrouver pour de vrai...

à écouter sur Fréquence Luz :
99.6 à Luz
103.4 à Lourdes et Tarbes
104.2 à Argelès-Gazost
104.9 à Cauterets
et www.frequenceluz.com partout sur la planète !
 
 

 

 

 

 


PROGRAMME :

 

 

 

12h00 / 13h00 - Émission en direct "Vue d'ici"
Invités : Arnaud & Jean-Marie Larrieu (réalisateurs et scénaristes)
 
Pour commencer cette première plongée dans l'aventure du festival radiophonique, l'association Jazz Pyr' invitera au micro de Fréquence Luz, Arnaud & Jean-Marie Larrieu (réalisateurs et scénaristes), habitués du festival Jazz à Luz. Ils reviendront sur le dernier tournage et la préparation de leur comédie musicale "Tralala" qui sortira en 2021 (coproduit par Arte). Nés à Lourdes, les frères Larrieu font du cinéma à quatre mains. Jean-Marie se concentre sur le travail des comédiens et Arnaud tient la caméra. Réalisateurs et scénaristes, ils ont commencé par réaliser des courts-métrages dans les Pyrénées, qui ont fait le tour des festivals. C’est en 2003 qu’ils signent leur premier long, Un homme un vrai, avec Mathieu Amalric et Hélène Fillières. Depuis, il y en a eu six autres qui font toujours la part belle à la musique.
 
 

 

18h00 / 19h30 - Émission en direct "Inauguration du Festival Radiophonique"

Tout en respectant les mesures sanitaires de rigueur, plusieurs invités de l'association Jazz Pyr', partenaires et artistes se retrouveront chacun leur tour derrière le micro pour lancer "les festivités sans public"... Une occasion aussi de s'expliquer sur l'importance de "dire" et de "faire" via le média Radio.

 

 


20h30 - Concert live - BY THE SKET

© Lionel Pesqué
 
Alima Hamel : voix
Vincent Ferrand : contrebasse
 

On découvre Alima avec le groupe de World-jazz "Monkomarok" ; par la suite, elle se crée son propre univers nourri de sa double culture française et algérienne. Elle chante les espoirs et les blessures où la vie des femmes est souvent le sujet central. Vincent est lui un touche à tout insatiable et atypique. En tant qu'instrumentiste ou à travers ses propres projets comme celui autour de l'historien Howard Zinn ou du cri de Lina Lamont, il va toujours où on ne l'attend pas et dégage une énergie hors du commun. La rencontre entre ces deux artistes passionnés, aux parcours musicaux très différents mais aux sensibilités finalement assez proches par leur engagement arrive en fait comme une évidence. Une voix, une contrebasse, ils font le choix de l'épure, et cela donne encore plus de force et de profondeur. Un chant puissant et maîtrisé, un accompagnement tout en subtilité et virtuosité, mais surtout une écoute et une complicité incroyable, très palpable lors des concerts à travers les regards échangés entre les deux artistes. Le mot rencontre prend là tout son sens .

https://bythesket.bandcamp.com/

Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.

 


22h30 - Concert live - CELLE QUI HABITAIT LA MAISON AVANT MOI

© Droits Réservés 

Lecture et mise en musique des textes de Rasha Omran, poète syrienne
Flore Audebeau : voix
Nanda Muhammad : voix off en arabe
David Chiesa : contrebasse
 

Depuis le début de cette année 2020, nous échangions régulièrement avec David Chiesa car celui-ci devait venir jouer à Luz, initialement cet été, avec son orchestre le UN pour fêter nos 30 ans, puis au festival d'hiver en duo avec le génial poète-performeur occitan Bernard Combi... Mais en ces temps de changements où chacun est invité à rester chez soi, tout cela n'a pu avoir lieu… Aussi, au fil des échanges avec David, nous avons évoqué d'autres possibles et le projet ''Celle qui habitait la maison avant moi" sur la poésie de la syrienne Rasha Omran, est apparu... Et comme celui-ci nous a touché et qu'il correspond bien au format de notre festival radiophonique, nous avons décidé de vous le présenter. Créé pour le festival Bienvenue qui devait se tenir en avril dernier, ce projet a finalement fait office d'une web-diffusion pendant la période de confinement sur le site du Festival ainsi que sur Radio Dordogne dans la série "Les confinés". (Pour rappel, le Collectif Bienvenue organise chaque année une manifestation citoyenne artistique et culturelle dont l'objectif est double : d’une part, collecter des fonds pour l’ONG SOS Méditerranée, d’autre part, informer, sensibiliser et changer le regard sur les réfugiés, condition nécessaire pour leur offrir un meilleur accueil).

Textes en arabe et traduction en français se mêlent avec une grande sensibilité au chant de la contrebasse... S'en dégage des images amenant à se construire un imaginaire profond autour de cette femme, de cette maison, de l'inconnu... Rasha Omran, poète syrienne, a publié plusieurs recueils de poèmes et des analyses de la crise syrienne. Elle vit au Caire depuis 2013. Ces poèmes ont été publiés par HA&L books. Ils ont été traduits de l’arabe par Henri jules Julien et Mireille Mikhail.

https://soundcloud.com/user-445049199/celle-qui-habitait-la-maison-avant-moi-f

Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.

 


 

 

 

11h00 / 12h00 - Émission en direct "Quand des artistes se rencontrent" 

Le trompettiste Timothée Quost prend les commandes de la radio et invite et le contrebassiste David Chiesa pour palabrer, improviser et jouer...

 

 


15h00 / 16h00 - Émission en direct "Passions et discussions"

Conférence d'Alexandre Pierrepont

© Droits réservés

 
Thématique :
Steve Lacy a donc composé de drôles de chansons, mais il a aussi donné trois sésames : depuis les années 1960, il y aurait eu l’hermetic free, le post-free, puis le polyfree. Mais que diable voulait-il dire par là ? Et que lui a dit Thelonious Sphere Monk quand le saxophoniste répétait avec lui, au début de sa carrière ? Tout est-il lié ou délié ?
 
Alexandre Pierrepont est anthropologue. Ses travaux portent sur les altérités internes aux sociétés occidentales – plus particulièrement sur les musiques afro-américaines en tant qu’institution sociale alternative. Membre du comité de rédaction de L’Art du jazz et de Multitudes, ses articles sont régulièrement publiés dans la presse musicale spécialisée, ainsi que dans de nombreuses revues à caractère scientifique ou politique.
Traducteur de William Parker, préfacier de Kamau Daáood, il est également l’auteur de plusieurs recueils de poèmes, parus en France, au Canada et aux États-Unis.
Conseiller artistique et directeur de projets dans « les mondes du jazz », coordonnateur du réseau d’échanges transatlantiques The Bridge. Il conspire régulièrement avec des improvisateurs sur les rapports rêvés entre musique et poésie. Son 
dernier ouvrage :  "Chaos, Cosmos et musique" vient de paraitre. 

 

 


18h00 - Concert live - TARZAN & TARZAN

© AE Médias - Pierre Meyer
 
Sarah Brault : voix
Marion Jo : violon
 

Ces deux jeunes musiciennes de la scène improvisée toulousaine se sont rencontrées au sein de l'orchestre "Baraque à free", dans lequel elles participent très activement. Après quelques concerts en duo, ces deux-là décident de poursuivre l'aventure ensemble pour explorer les possibles rencontres entre violon et voix. Pour cela, elles créent "Tarzan & Tarzan''. Nous vous disions, il y a quelques semaines, au moment de les accueillir en résidence de création à Luz, que de faire découvrir des groupes ou d'accompagner des jeunes musiciens étaient à la fois excitant et gratifiant dans le travail de programmation. Nous les avons vu chercher, se questionner, évoluer dans leur musique au sein de contraintes qu'elles s'imposaient à elles-mêmes, peut-être pour découvrir leur propre singularité. Nous les avons vu foncer, hésiter, abandonner, recommencer, avec toujours une grande envie et beaucoup de détermination. Aussi, nous sommes impatients de les entendre, derrière nos transistors, se produire sur la scène de la Maison du Parc National et de la Vallée, pour partager avec elles, ce moment que l'on espère intense...

https://www.facebook.com/Tarzan-Tarzan-105985824396016

Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.

 


 

20h30 - Concert live - SINGE DE L'ENCRE Steve Lacy Songbook

 
© Paul Hemerick 
 
Catherine Jauniaux : chant, voix, objets
Betty Hovette : claviers
Benoît Burello : basse, chant
Marc Démereau : saxophones baryton et alto, scie musicale, chant
Fabien Duscombs : batterie
 

Steve Lacy : voilà un artiste incontournable qui a redéfini les contours de son instrument, le saxophone soprano, et à travers lui de l’improvisation, dans l’idiome jazz. Le quintet "Le Singe de l’encre", mené par Marc Demereau, saxophoniste baryton et bien d’autres instruments encore, et tiré du formidable collectif Freddy Morezon, que vous connaissez bien chez nous, lui rend un hommage appuyé en se réappropriant ses fameuses «songs», qu’il défendit en quintet et sextet à partir des années 70, lui apportant une aura philosophique et poétique. La chanteuse Catherine Jauniaux, membre historique du groupe d’avant rock "Aksak Maboul" et partenaire de jeu de musiciens comme Tom Cora, Ikue Mori, Sophie Agnel, Erik M, prend magnifiquement la place d’Irene Aebi, chanteuse et poète originelle. Les non moins talentueux Betty Hovette aux claviers, Benoît Borello à la basse et Fabien Duscombs à la batterie enrichissent ce beau projet nourri des diverses cultures de ces cinq musiciens, allant de la pop, du rock, au jazz libre, à la musique improvisée et contemporaine.

http://www.freddymorezon.org/projets/singe-de-l-encre

Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.

 


 
22h30 - Concert live - TIMOTHÉE QUOST SEUL
 
© Droits Réservés
 
Timothée Quost : trompette, microphone, mixer, speaker
 
La trompette de Timothée Quost est de celles qui nous interpellent, nous bousculent. Comme d’autres avant lui, on pense à Peter Evans ou Nate Wooley, en perpétuelle recherche sonore il décortique les sons à l’intérieur et l’extérieur de son instrument, en lui conférant le pouvoir d’infinies possibilités. En diverses formations, le quartet "Matterhorn", le sextet "Quostet", le quintet "Escargot", l’ensemble "LIKEN" ou en solo, il définit depuis plusieurs années son propre univers composé de jazz, de musique savante, d’improvisation contemporaine ou encore d’électroacoustique. Il jongle sans cesse entre improvisation et composition pour un résultat inédit.Pour Jazz à Luz il présentera sur fréquence Luz en direct de la Maison du parc National et de la Vallée un travail d’improvisation en solitaire qu’il peaufine depuis quelques années maintenant. Augmentée par un micro, une table de mixage et un haut-parleur sa trompette nous emmènera loin, vers des contrées expérimentales saisissantes faites de souffle, de salive dans le corps de l‘instrument, de percussions buccales, de larsens.
 
 
Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.
 
 

 
 
 
 
11h00 / 12h00 - Émission en direct "Quand des artistes se rencontrent"
 
Timothée Quost reprend les commandes de la radio et invite le duo Tarzan & Tarzan composé de Sarah Brault et Marion Jo pour palabrer, improviser et jouer...
 
 

15h00 / 16h00 - Émission en direct "Passions et discussions"
Conférence d'Alexandre Pierrepont

© Droits réservés
 
Thématique :
Crise sanitaire, récession économique, déflagration biopolitique… Les musiciens et les musiciennes accusent le coup, et parfois même n’en pensent pas moins, et parfois même agissent, réagissent et interagissent. Mais au-delà de ce qu’ils en pensent et de ce qu’ils en font, peut-on trouver dans leurs musiques, comment elles sont faites et pensées quoi qu’il arrive, quelques idées, quelques remèdes, si ce n’est un vaccin ?
 
Alexandre Pierrepont est anthropologue. Ses travaux portent sur les altérités internes aux sociétés occidentales – plus particulièrement sur les musiques afro-américaines en tant qu’institution sociale alternative. Membre du comité de rédaction de L’Art du jazz et de Multitudes, ses articles sont régulièrement publiés dans la presse musicale spécialisée, ainsi que dans de nombreuses revues à caractère scientifique ou politique.
Traducteur de William Parker, préfacier de Kamau Daáood, il est également l’auteur de plusieurs recueils de poèmes, parus en France, au Canada et aux États-Unis.
Conseiller artistique et directeur de projets dans « les mondes du jazz », coordonnateur du réseau d’échanges transatlantiques The Bridge. Il conspire régulièrement avec des improvisateurs sur les rapports rêvés entre musique et poésie. Son dernier ouvrage :  "Chaos, Cosmos et musique" vient de paraitre. 
 
 
 

18h00 - Concert live - ARREHAR

© Droits réservés
 
Romain Baudoin : vielle à roue électrique

La vielle à roue est un instrument millénaire qui a su traverser les époques en s'adaptant aux modes grâce à une évolution organologique et technique permanente. Au fil des siècles, elle a souvent été considérée comme un instrument moderne (Vivaldi, Mozart...) mais étrangement elle a disparu du milieu savant pour ne persister que sous une forme populaire dans diverses régions d'Europe, comme par exemple dans les Landes. Dans les années 80 la vielle a retrouvé de l'intérêt notamment auprès de musiciens audacieux qui développèrent de nouvelles pratiques à travers un répertoire contemporain, poussant la lutherie vers un très haut niveau technologique.

Romain Baudoin participe depuis plus de 20 ans à cette évolution aux cotés de maîtres comme Valentin Clastrier, travaillant sur l'amplification de l'instrument, proposant des innovations comme la roue mobile permettant des nuances d'archet, imaginant des vielles novatrices comme la « ARTÚS » (vielle électrique) ou le « Torrom Borrom », instrument chimérique, hybride, combinant une vielle et une guitare électrique.

Pourtant il y a 5 ans, il achète une vielle à roue traditionnelle, fabriquée en 1930 à Jenzat dans l'Allier par un luthier renommé : « Pimpare cousin ». Une vielle « bateau de femme », à 6 cordes avec un accordage standard en ré, très bien conservée, d'une marqueterie noble et subtile. Elle offre une qualité de jeu incroyable et un son plein, caractéristique des vielles anciennes. Son apparente simplicité lui semble être à l'opposé des codes de la vielle « moderne » alors qu'elle en est le point de départ.

Cette réflexion l'habite : Peut on développer une autre forme de jeu contemporain sur cet instrument, à contre courant des pratiques actuelles ? En parallèle de cette recherche, il travaille sur « l'origine » de la pratique viellistique dans les Landes, ayant de nombreux documents écrits et sonores, via des collectes de famille et des collectes publiques comme par exemple « la mission Landes du musée des arts et traditions populaires ».

« Il y a dans ces sources patrimoniales une manière d'appréhender la musique qui m'intéresse car elle n'est pas calquée sur la musique de masse actuelle trop souvent tempérée, binaire, formatée et tonale. C'est une parfaite source d'inspiration pour un projet de création ! Depuis longtemps j'écoute ces collectes plus comme des oeuvres artistiques que comme des documents ethnomusicologiques, j'y entends de la poésie, de la sensibilité, des savoir-faire et des savoir-être... Alors j'ai décidé de jouer avec les collectés ! Je les accompagne, je les laisse s'exprimer, je me mets à leur service. » Romain Baudoin

 
Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.
 
 
 
 

20h30 - Concert live - PISCINE OLYMPIQUE
 
© Droits Réservés

Laurent Paris : batterie
Xavier Camarasa : fender Rhodes, effets
 
Nous n’avons plus à vous présenter Laurent Paris, superbe batteur que vous avez pu entendre à Jazz à Luz en compagnie de Denis Lavant ou dans le trio "Facteur Sauvage". Plus confidentiel à Luz mais pas moins talentueux, le pianiste Xavier Camarasa, dont les sons sortent d’un piano classique ou préparé mais aussi d’un Fender Rhodes, est de ces pépites gravés dans l’improvisation illuminée. L’association de ces deux musiciens, développée chez Lily à Germ où ils ont enregistré leur premier disque donne une combinaison d’instruments jamais vu ou entendue en duo. Sur ou en contrepoint d’une pulsation rythmique alerte et bouillonnante, les deux mains du pianiste parcourent et défrichent le terrain du Fender Rhodes à la manière d’un pionnier cherchant de l’or dans les eaux profondes d’improvisations échevelées et biberonnées au rock, au jazz ou à la musique contemporaine. Organique et vibrante, leur musique va définitivement secouer vos oreilles averties.
 
 
Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.
 
 

22h30 - Concert live - LA MARMAILLE
 
Anaïs Andret-Cartini : voix, trompette
Guillaume Pique : trombone
Nathanaël Renoux : tuba
Loris Pertoldi : batterie
Kevin Balzan : voix, basse électrique
Frédéric Monnier : saxophones
 
C’est du clinquant pour les tympans, du voluptueux pour les yeux ! Six artistes : une chanteuse méga-faune, un bassiste à voix électrisant, un tuba haut les chœurs, un sax très appeal, un baryton détonnant et un batteur éclectique. "La Marmaille", c’est un brillant carrousel aux sonorités classes et cuivrées, c’est un grand-huit aux grooves abondants, aux drums percutants, c’est un train fantôme qui voyage au pays du jazz tordu et du rock velu. Une "post-fanfare" donc, friande de perles rares issues de répertoires aussi divers que le jazz, le surf, la musique des balkans, le rock bizarre, l’improbable rencontre entre le musette de Jo Privat et le groove de James Brown, une promenade de l’univers de Duke Ellington à celui des B52’S et même de la chanson droit sortie d’un mégaphone, résonances de Kurt Weil, David Bowie ou bien Tom Waits…Un répertoire décalé et surprenant qui sait émouvoir et faire danser, aussi bien en rue que sur scène.
 

http://www.lamarmaille.fr/

 

Suivi d'une discussion avec des artistes et invités présents.

 


Podcast de l'émission radio Fréquence Luz "En voiture Simone" du vendredi 4 décembre 2020 avec 3 acteurs culturels du territoire qui se réinventent en 2020. 

 

Ecoutez les propos de Mathieu Cassan et Antoine De La Roncière pour l'association Jazz Pyr', Urbain Soisson pour le Cartel Bigourdan et Eric Durand et Anne-Lise Blin pour le Collectif Décomposé :